29 avril 2015

Saison 2015

Je démarre ma saison 2015 très tardivement, par les 20km de Lausanne samedi dernier. Mis à part 2 étapes au Tour du Chablais pour me donner un peu de rythme, j'ai un peu traîné la patte ce début d'année. Je termine 2014 sur les rotules, fatiguée, malade. La course à la qualification pour les championnats d'Europe de Zurich, que je finis par obtenir tardivement, a usé mon corps plus tout jeune.
Entre Noël et Nouvel-An, j'ai laissé mes baskets de côté durant 3 semaines. Je crois que cette pause était nécessaire, mais à 44 ans, le retour est rude ! Partagée entre l'envie de mettre la flèche à droite question dossards et objectif, ou faire une sorte de "tournée d'adieu" sur les courses que j'ai beaucoup appréciée, je me remets à l'entraînement, avec une conviction modérée. Les premiers footing sont rudes, et les premières accélérations plus que décourageantes. J'évite de trop regarder les chronos dans un premier temps. Je me décide finalement fin mars, après une bonne série d'entraînements positifs. Je me sens capable de viser le top 5, mais pas de faire mon meilleur chrono de 1h12.

A l'arrivée, je termine un peu trop loin du chrono espéré, en 1h17'45, au 7ème rang final. La 4ème était jouable dans un bon jour.
Je suis tout de même fière de passer le relais pour de bon à mes deux athlètes, Laura Hrebec, toute récente championne d'Europe de duathlon et 3ème de l'épreuve, et Claudia Bernasconi avec qui je démarre une collaboration cette semaine et qui finit 5ème du 10km avec un plateau très relevé.

J'envisage la suite sous forme de courses et d'entraînement plus "nature", avec pourquoi pas un trail sur une moyenne distance en fin de l'été. Je sens que ce choix serait cohérent avec mes convictions, d'être plus proche de la nature et d'éviter des déplacement en voiture inutiles en utilisant le terrain qui se trouve devant ma porte, des chemins, des cailloux, des pentes.

Il me permettra aussi de faire quelque chose de nouveau. qui ne nécessite pas de grandes qualité de vitesse que je n'ai plus !


19 décembre 2014

Fin de saison et ...

Me voici au terme d'une de mes dernières saisons en tant que (ce que j'appelle) sportive d'élite. Ma dernière course 2014, que j'avais à coeur de réussir et que j'avais même assez bien préparé, la Trotteuse-Tissot de la Chaux-de-Fonds, ma ville natale, s'est soldée par une 4ème place. Malade, j'ai dû m'incliner. Je sais maintenant que je n'ai pas fait ma chochotte car cela fait une semaine que je lutte contre une sinusite carabinée.

C'est un nouveau signe qui ne trompe pas, les vacances seront les bienvenues ! Après 2 marathons, dont un dans le cadre des championnats d'Europe, 2 semi-marathons (1h17 à Ferrara en mars), quelques 10km (meilleur temps de la saison 35'30), un camp d'entraînement en janvier avec Swiss Athletics au Portugal, je me sens très fatiguée aussi bien mentalement que physiquement. Dès demain, place aux vacances en famille et pas question de planifier des entraînements.

Dès la rentrée je devrais normalement retrouver l'envie de galoper un peu de nouveau et en fonction de la forme et de ma motivation, je déciderai quelle forme donner à ma probable tournée d'adieu au sport de performance....

J'aimerais remercier tout particulièrement mes partenaires, avec en tête Sporttip que me soutient depuis de nombreuses années. Asics bien sûr, et le fitness Form24. Ainsi que mon coach Pierre et ma famille qui ont toujours cru en moi et supporté mon insatiable besoin de fixer des objectifs.

De belles fêtes à tous!

25 octobre 2014

Début de la saison d'automne - demain, 10km!

Après près de deux tiers de l'année consacrée au marathon, et une participation aux Championnats d'Europe le 16 août, je tenais à exploiter encore tous ces efforts consentis à l'entraînement. Une période de récupération et de réflexion a été nécessaire, car non seulement j'ai 43 ans et penche indéniablement et en toute logique vers la pente descendante, et, depuis le 1er septembre, j'ai un nouveau travail qui me comble mais qui a nécessité une adaptation de mes plages d'entraînement et me laisse moins de temps. Mes 3 derniers marathon me laissant un peu sur ma faim, j'aimerais encore faire une ou deux courses bien préparées avant de prendre du recul par rapport au "sport de performance".
Cet automne, je vais continuer à optimiser mes plages d'entraînement en travaillant sur la vitesse, la VMA et la force : 3 qualités athlétiques qui s'envolent avec les années, mais que l'on peut maintenir avec un entraînement ciblé. Et…on verra bien ce que cela donne ! Après les 10km de Lausanne demain, qui me donnera des indications, je pense orienter ma préparation en vue de la course de l'Escalade le 6 décembre. Puis je serai encore au départ de la Trotteuse à la Chaux-de-Fonds le 13.

8 octobre 2014

Projet PASTEC - Zoé4Life - Raid L'Arbre Vert au Cambodge

Copyright "L'Illustré"
Il y a quelques semaines, j'ai été contactée par l'association zoe4life qui cherchait une marraine pour soutenir le projet de 3 de ses membres  : Patricia, Katja et Sarah vont participer à un Raid aventure écologique et caritatif, le Raid l'Arbre Vert, au Cambodge, qui aura lieu au mois de novembre. Tout le monde, y compris moi, se souvient de la petite Zoé et de sa jolie petite bouille toute souriante… zoe4life qui a été créée par des amis et famille de Zoé peu avant son décès l'an passé, soutient un programme appelé PASTEC (Promotion de l'Activité Sportive Thérapeutique pour l'Enfant atteint de Cancer.) Ce programme consiste à offrir aux enfants malades en traitement, bien entendu de manière adaptée, une séance de sport hebdomadaire sous surveillance médicale. Il a été prouvé que le sport permet non seulement aux enfants malades de retrouver confiance en eux, car les traitements les diminuent énormément physiquement et psychiquement, mais aussi leur permet de maintenir un minimum leur musculature qui fond comme neige au soleil. Par ailleurs cela permettra également aux parents de souffler un peu dans une vie bercée par les visites à l'hôpital, et qui ne trouvent pas encore du temps et de l'énergie pour les emmener faire du sport.
Copyright "L'Illustré"

J'ai été bien entendu touchée par cette cause et cette demande de parrainage, d'autant plus qu'elle me permet de partager mes compétences: conseiller Patricia, Katja et Sarah dans leur entraînement qu'elles ont déjà bien entamé. Ce Raid leur permettra de récolter des fonds pour le programme  PASTEC.






Les 3 radieuses vont donc bientôt prendre le départ de cette épreuve difficile qui nécessitera beaucoup d'endurance. Elle dure une semaine et des journées variées et sélectives les attendent : course à pied, VTT, kayak, grimpe, tir à l'arc, et diverses épreuves de "survie" type construire un radeau avec des déchets de plastique et de bois, etc.  Elles s'entraînent de 4 à 5 fois par semaine et entre 10 et 12 heures. Tout cela en conciliant vie de famille et leurs jobs respectifs. Chapeau ! Bien que je connaisse bien cette problématique je ne rencontre pas souvent des femmes qui s'investissent autant alors qu'elle n'ont aucun passé de sportive d'élite !

Mon rôle sera de les conseiller dans leurs dernières semaines de préparation (6).

L'Illustré, partenaire de l'association zoe4life, a fait un joli article cette semaine: http://www.illustre.ch/les-blogs/zo%C3%A94life/une-marraine-pour-nos-trois-raideuses?esi


Pour des information au sujet de l'association zoe4life et faire des dons:  http://zoe4life.org


16 août 2014

Marathon des Championnats d'Europe

Et voilà, ce grand objectif que tous les marathoniens suisses attendent et préparent depuis longtemps, et bien, il est derrière, en tout cas pour les filles. Je viens de vivre une journée, et même une semaine, inoubliable. Arrivée mardi, j'ai découvert pour la première fois une compétition d'athlétisme depuis l'intérieur, et fait connaissance avec une équipe de suisse formidable. Beaucoup de jeunes et moins jeunes qui en veulent, qui sont sympas, et une organisation parfaite de la part de Swiss Athletics. Il y a vraiment eu une très bonne ambiance aussi bien au sein de l'équipe que sur les parcours et dans le stade. Et surtout, des résultats incroyables. Lors du marathon, le public était tellement nombreux et bruyant, qu'on en oubliait la douleur de l'effort. Absolument génial, et merci de nous permettre de vivre des moments comme ceux-là.
Pour ma part, je me relève gentiment de ma course, qui me laisse un peu sur ma faim. On aimerait toujours faire mieux, se surpasser et faire une perf devant un public comme celui-là. Malheureusement, je dois me rendre à l'évidence que j'ai laissé des plumes dans une préparation pas hyper sereine, avec un virus survenu au plus mauvais moment (fin juillet), le tout combiné à un âge où la récupération n'est plus aussi évidente…. La préparation optimale d'un marathon est si possible une combinaison parfaite de beaucoup de paramètres surtout si on n'est pas né en Ethiopie ou au Kenya :-)
Cette journée a tout de même été émotionnellement chargée et rester gravée dans ma mémoire. Ce n'est pas tous les jours que des marathoniens courent devant un tel public. J'ai de la chance d'avoir pu vivre cet événement qui me tenait à coeur pour terminer ma carrière sportive internationale, et en rouge et blanc.
Bravo aussi à tous les athlètes suisses qui ont tous été très courageux, et qui nous ont offert et nous offrirons encore dimanche un magnifique spectacle.

20 juillet 2014

Tour des Alpages à Anzère

A exactement 4 semaines du marathon des championnats d'Europe, je décide de participer à cette épreuve de course de montagne de 17km, qui me paraît sur papier, assez "roulante". Vu que le parcours des CE de Zurich sera agrémenté d'une montée de 1200m à effectuer 4x, je ne néglige pas le travail en côtes à l'entraînement. Je veux intégrer cette course dans ma préparation qui contient en ce moment un bon volume kilométrique (125km pour cette semaine). J'ai eu de bonnes séances ces dernier temps et je sens que je suis dans une bonne phase, donc je suis assez confiante. Mais en arrivant à Anzère, je découvre rapidement la rampe de départ et commence à comprendre que ce ne sera pas si facile pour moi qui ne suis actuellement pas du tout à l'aise dans les montées raides. Espérer être bien sur ce genre de course en ayant accumulé en moyenne entre 15 et 25km sur les 10 derniers jours est utopique.
Le départ est donné, et après quelques centaines de mètre je constate que cela va être très dur. La totalité du dénivelé positif se répartit en effet sur les 5 premiers km. Ces pourcentages ne me conviennent pas. Je monte en compagnie de 2 autres filles qui alternent marche et course, et je m'accroche pour passer le sommet en leur compagnie. Laura Hrebec et la colombienne Johanna Tobon sont déjà bien loin devant. Je me fais néanmoins distancer de 100-200m sur la fin. A ce moment, je suis encore convaincue que je vais pouvoir rattraper mon retard sur le plat, mais c'était sans compter sur des jambes dures comme de la pierre. Je n'arrive pas vraiment à allonger et retrouver de la vitesse. Puis c'est le début de la longue descente. Ca commence par être assez roulant, puis il y a des tronçons de plus en plus raides dans les cailloux sur sol instable. J'ai fini par rattraper Nathalie Von Siebenthal mais Laurence Yerly s'envole. Et moi, plus la pente s'accentue, plus je me sens mal à l'aise.  Comme je ne suis pas venue ici pour me tordre une cheville ou me faire des courbatures qui m'empêcheront de m'entraîner correctement les prochains jours, je prends mon temps pour ne pas avoir trop mal. Puis nous rejoignons le Bisse de Sion et là c'est environ 3km de plat qui nous attendent. Je suis beaucoup plus à l'aise et rattrape quelques concurrents, malgré les cailloux, les racines et les précipices qui ne permettent aucune défaillance de concentration. Mais c'est dur d'allonger avec les jambes meurtries par cette longue descente! Puis c'est la descente finale sur Anzère. Il y a des tronçons tellement raides, que je dois presque marcher et me fait évidemment rattraper par les hommes que j'avais passé sur le plat. Heureusement, les derniers 800m sont sur goudron et là j'ose enfin me laisser aller et finir plus vite.
J'ai beaucoup subi, mais c'était une très chouette course bien organisée, un bon entraînement intensif pour moi et après un footing de récupération en compagnie des éthiopiens le long du bisse et un moment de détente dans les bains, la fatigue est vite évacuée.